Soirée concerts au foyer Pascal(e) Ambic

Festival La Cour des miracles
Publié le 24 juillet 2018

En guise d'ouverture de la saison culturelle de l'INU champollion, le Retour du Jeudi s'associe au festival La Cour des Miracles pour vous proposer deux soirées concerts. 

Jeudi 20 septembre

[En préambule] Match d’impro : De et par l’association TECCA. C’est vous public qui proposez des thèmes sur des petits papiers. Ensuite, place à l’improvisation !

UEI

UEI, électro occitane d’anticipation

Uei est un quatuor de chanteurs-percussionnistes virtuoses, fondé par deux membres du fameux Còr de la Plana. La musique de Uèi s'abreuve aux espaces sans bornes et aux cultures à la fois séculaires et contemporaines – celles des Caraïbes, de la Syrie, du Kurdistan ou du sud des États-Unis, mais aussi de son territoire d'origine dont, sans concession ni folklore, il chante la langue : l’occitan. Ce quartet d'anticipation livre des chroniques poétiques et militantes où les entrelacs vocaux d’une polyphonie puissante répondent aux rythmiques hypnotiques que le groupe tire d’instruments de sa propre conception : des percussions électroniques aux formes surprenantes et aux possibilités inédites.

ueimusica.com/

ARTÚ S, Oc in opposition

Artús puise son énergie dans la culture gasconne, pour élaborer l’expérience unique d’une musique radicale, enracinée, tribale et ethnique, avec un parti pris artistique fort, loin de tout domaine musical connu. C’est dépaysant, porté par des chants incantatoires en occitan. Qu’on ne s’y trompe pas : ce n’est ni un orchestre folklorique, ni de la pop régionaliste. Le son, rude et viscéral, allie les instruments traditionnels (telle la vielle à roue) et ceux du rock, dans un registre noisy, dissonant, martelé, cabossé, sauvage. Nomade et gascon, Artús manifeste une étrangeté familière et une force d’évocation affolante. Dans ses grands espaces faits de grottes, de forêts et de troupeaux, la violence côtoie la douceur, la rudesse rivalise avec la magnificence.

familha-artus.com

Vendredi 21 septembre

[En préambule] Scène ouverte de Slam à l’occasion de la sortie du 13e ouvrage de Jeff Champo, l’atelier d’écriture de l’INU Champollion. Amenez vos textes et vos oreilles

Agathe de RAMA, la voix royale

Il était écrit qu’un jour son destin la mènerait à chanter et à vivre à La Nouvelle Orléans, tant cette ville lui ressemble musicalement. Elle en revient. Agathe Da Rama a longtemps chanté pour d’autres, mais c’est désormais sous son nom propre qu’elle mène d’une voix chaude son nouveau projet, en formation quartet. Agathe Da Rama oscille entre groove et harpe blues, entre contrebasse rock et envolées de guitares saturées, entre folk psychédélique, jazz, et trip-hop acoustique, le tout couronné d’une voix suave, charnelle et profonde. Cette folk envoûtante et puissante produit la cohérence esthétique idéale pour raconter les méandres du passage du temps.

Ecouter

5 oreilles, trio puissance trois

Cinq Oreilles est un trio puissance trois, composé de trois personnes, trois instruments (accordéon, guitare et batterie), et trois voix, ce qui fait que ça peut faire autant de potin que s’ils étaient neuf. Electro russe, trash mongol, ska cubain ou techno japonaise, Cinq Oreilles s'affranchit des frontières et des styles. C'est avec des arrangements décalés et toniques que ce trio polyglotte vous embarque pour un tour du monde singulier. Son répertoire est un mélange savamment bordélique, foutraque à souhait, international toutefois, qui balade d’un bout du monde à l’autre, du moment que ça fait remuer les genoux et les cheveux.

https://www.cinqoreilles.com/