L'établissement

 

Des antennes à l'Institut

Des antennes à l'Institut
  • Mars 2015 / Validation de l'évolution de statut

Lors d'une entrevue au Ministère,  jeudi 26 mars 2015, les représentants de la Ministre informent la délégation présente pour Champollion que Mme Najat Vallaud-Belkacem validait l'évolution du statut de CUFR vers celui d'EPSCP : un décret actera prochainement ce changement.

En savoir plus

  • Dec. 2014 / Restitution des traveaux du Comité "Champollion 3.0"

Le 17 décembre 2014 à Albi, le comité "Champollion 3.0", présidé par Christian Forestier, recteur honoraire, a rend les conclusions de ses travaux. Sur le sujet principal de l'évolution de statut du centre universitaire Champollion, le président du comité a proposé la transformation du CUFR Champollion (actuellement sous statut d'Etablissement Public Administratif) en un Institut externe aux universités ayant un statut d'Etablissement Public à Caractère Scientifique Culturel et Professionnel (EPSCP).  Ce nouvel établissement, dont le nom reste à définir, serait habilité à délivrer les titres et diplômes nationaux, ainsi qu'à couvrir les missions dévolues classiquement aux universités de plein exercice.

Conclusions des travaux sur l'évolution de statut du CUFR JF Champollion

En savoir plus

  • Mai 2014 / Consultation interne et constitution du Comité "Champollion 3.0"

A la demande du Conseil d'Administration, le centre universitaire Champollion organise, du 12  mai au 15 juin, une large consultation relative à l'évolution du statut de l'établissement. Personnels, collectivités et acteurs locaux  se prononcent majoritairement pour une évolution. Un comité "Champollion 3.0",  est installé par la rectrice et chancelière des universités, le président de région, la présidente de la ComUE et le président de CA. Il sera présidé par M. Christian Forestier, recteur honoraire. Il sera chargé de conduire la réflexion collégiale sur les évolutions qu’il convient d’envisager pour Champollion, permettant d’assurer l’accueil d’effectifs croissants, ainsi que son développement en matière de formation et de recherche

En savoir plus


  • 2007 / Le Centre universitaire devient le seul établissement de ce type en France

En 2007, le Centre universitaire de Nîmes obtient le statut d'Université de plein exercice. Le CUFR Champollion devient alors le seul Etablissement Public à caractère Aministratif de ce type en France. Sous l'impulsion des personnels de l'université, une mobilisation est engagée afin soit étudier une évolution de statut similaire. Elle n'aboutira pas.

  • 2006 / Création d'ISIS, l'école d'ingénieurs de la e-santé

Créé en 2006 en articulation avec Castres-Mazamet Technopôle, l'école ISIS (Informatique et Systèmes d'Information pour la Santé)  prépare des ingénieurs informaticiens à opérer dans le domaine des systèmes d'information, appliqués au secteur santé. La formation est agréée par la Commission des Titres d'Ingénieurs, et partenaire INSA depuis 2013.

  • 2002 / Création du Centre universitaire J-F. Champollion

En avril 2002, est signé le décret de création officielle de l'Etablissement Public Administratif réunissant les quatre sites accueillant les antennes universitaires toulousaines : Albi, Rodez, Figeac et Castres. L'établissement ainsi formé sera dénommé Centre Universitaire de Formation et de Recherche Jean-François Champollion. Il bénéficie d'une autonomie financière et administrative, mais reste dépendant des Universités Toulousaines pour la délivrance des diplômes.

  • 1997 / Une nouvelle université dans le Nord-Est de la région Midi-Pyrénées ?

A partir de 1997, une logique nouvelle s'impose, préconisant l'abandon du principe de délocalisation d'éléments des universités toulousaines au profit d'une logique audacieuse de création d'une nouvelle Université de "plein exercice" au Nord-Est de Midi-Pyrénées. Elle s'appuierai sur la complémentarité Albi-Rodez, et intègrera deux autres sites : Castres et Rodez.

Au final, l'ambition première du projet est abandonnée, mais aboutira à la création d'un être juridique prenant la forme d'un Etablissement Public Administratif, dénommé Centre universitaire de formation et de recherche J-F. Champollion.

  • A partir de 1992 / Emergence des antennes universitaires

Le dossier de développement d'une unité d'enseignement supérieur à Albi apparait au milieu des années 80, dans un contexte privilégiant la création d'un réseau constitué à partir d'antennes délocalisés d'universités de premier plan dans les villes moyennes. La région Midi-Pyrénées présente alors un cadre singulier : elle est la seule région de France à ne compter qu'une seule ville universitaire hors IUT. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : en 1988, 94% des étudiants sont concentrés sur Toulouse.

La première délocalisation intervient en 1992. Il s'agissait d'un DEUG de Droit, ouvert en partenariat avec l'Université Toulouse 1. A partir de cette date, les 3 universités toulousaines vont progressivement implanter un ensemble de DEUG, des DESS et un IUP. En quelques années, les effectifs évoluent de 265 à 1500 étudiants.