RDV culturels

[Complot sur le campus] Maïa Barouh, Chamane Futuriste

Irréductible à toute étiquette, comète sans pareille sur la scène européenne, chanteuse, flûtiste, auteure, compositrice et arrangeuse franco-japonaise, Maïa Barouh est une artiste unique mélangeant chants ancestraux nippons, rap franco-japonais, groove, électro et chanson avec une grande liberté. Elle associe une immense technique vocale méconnue, provenant d’une île au sud du Japon, et une flûte traversière percussive et insolente.

[Concert] Feràmia, Transe Rock Bestiale

La bête sauvage Feràmia se dresse sur ses cinq pattes – basse, batterie, saxophone, trompette, et voix. Sa transe-rock animale met une rythmique obsessive et obsédée au service d'un chant incantatoire qui tient les corps en haleine, et vient nous raconter ses histoires d'amour ratées, ses angoisses chimériques et sa colère refoulée. Hybride mais résolument rock, Feràmia chante en occitan, pour la prosodie de la langue et pour l'univers mental qu'elle porte, notamment son bestiaire fantastique, répertoire d'images intemporelles de peur et d'espoir.

[Court-Métrage] L'Heureux Court du Jeudi

Le court métrage, c’est le cinéma en mode shooter, à visionner cul sec. Au départ, un court métrage désigne un film dont la longueur est inférieure à l’équivalent de 900 mètres de pellicule, soit moins de 33 minutes, représentant moins de trois bobines en 35 millimètres. Il existe dans la même diversité de formes, de techniques et de genres que le long métrage : documentaire ou fiction, d'animation ou en prise de vues réelles, etc.

[Concert] Viktor and the Haters, Rap électro-punk

Dans ce trio énergique et engagé, le MC Viktor, qui fut la voix du groupe de rap Kalash, est secondé d’Otchakowski (le MC Monsieur de Khodbreaker) au beatbox, looper et backing vocal, sur le son produit par DJ Kesta. C’est du rap de démolisseur, combinant une hyperactivité punk au micro et des instrumentaux rock passés aux électrochocs. Ça mélange la lourdeur de la Trap et la fureur des riffs enragés, et ça donne un gros bruit industriel, des expériences électroniques à base de guitares électriques cinglantes et stridentes, de basses pesantes et de caisse claire qui claque.

[Spectacle] Faut s’tenir, Théâtre, Humour et Musique

Après le succès de La Part égale, accueilli en 2020, Chloé Martin apparaît ici sans personnage-bouclier pour nous parler du sentiment de culpabilité. Conteuse d'histoires personnelles, elle retrace un parcours de vie, avec ses étapes à digérer, de celles qui construisent un individu. Une prise de parole comme une bouchée qu’on mâche, où il est question d’un vol au magasin Coop, d’un grain de beauté en forme de coeur à l’envers et de longueurs de jupe.

[Concert] Orly, Chanson Rauque

Après l’annulation de son concert en décembre 2022, le trio atterrit enfin à Albi. Ça porte un nom d’aéroport, mais à l’embarquement on trouve un poète hanté, un pianiste en transit et un sorcier souffleur. La pluie les a soudés pour une épopée de notes et de mots. Une écriture raffinée, parfois drôle, souvent âpre voire brutale, mais jamais dénuée de tendresse et de poésie, le tout tinté d'une mélancolique sensibilité, d’une voix de tabac et de fumée qui s'élève dans des flamboiements insensés.

[Stand-up d’Actualité] Tentative d’épuisement

Entre le stand-up et la pseudo-conférence, Gaspard Chauvelot interprète une espèce de professeur dégingandé́ et surexcité, clown monomaniaque, marionnette désarticulée travaillée par le besoin de rationaliser, de catégoriser, de conceptualiser, animée par le désir irrépressible de partager ses théories et ses conclusions. Pour sa folie rationalisatrice, l’actualité n'existe pas : c’est une gigantesque œuvre de fiction, qu'il convient d'analyser comme telle, comme un film, avec le travail de production, les effets spéciaux, le jeu des acteurs...

[Conférence gesticulée] Moi, Français-Juif-Arabe

Tout part d’une question : toi qui connais Israël, dis-moi, comment ça va mal, là-bas ? Pour y répondre, Michel Benizri propose de défaire l’écheveau autour d’un bon thé à la menthe. Il raconte les faces visibles et cachées de l’histoire, grande ou petite, qui ont conduit au conflit israélo-palestinien. Et puisqu’il s’agit d’histoire(s), comment nous, espèce fabulatrice, les construisons-nous ? Au service de quoi ? Au profit de qui ? Cette conférence gesticulée mêle géopolitique, histoire et autobiographie pour comprendre ce monde fait de storytelling et de propagande.

[Concert] Trip for Léon, floktronica

Après la venue de Ublot en 2019, c’est maintenant un duo réunissant deux de ses membres qui arrête son trip à Albi. Composé de Marie Grollier, à la voix, au violoncelle et à la guitare, et de Clément Ternisien, à la MAO, à la basse, à l’accordéon, aux claviers et à la voix également, Trip for Léon percute de ses vagues perpétuelles (titre de son premier album, Perpetual waves), déroule le fil de nos failles et s’infiltre partout. Imaginez Beth Gibbons de Portishead, les sœurs Casady de CocoRosie et Alela Diane réunies, lisant un livre de Philip K.

[Spectacle] Gérard Naque, presqu'idigitateur

D'illusions dérisoires en dérisions illusoires, Gérard Naque vous promet la grande illusion... Ou presque ! Avec un discours décalé de la traditionnelle posture du magicien et une mise en scène participative sous forme de conférence politico-louffoque, ce personnage « sympathétique » utilise la magie pour questionner la notion d'illusion au quotidien. Car Gérard est avant tout magicien, voire mentaliste, mais se revendique « petit-fils spirituel de l'illustre Charles Attend ».